Séminaire Autorité des Pères (2016-2019)

Année 2017-2018

Programme

Compte rendu de Charles Bresson

Listes de Pères et listes de poètes chez les poètes chrétiens, la construction conjointe de figures d’autorité

Comme il existe des listes de Pères, il existe chez les auteurs chrétiens des listes de poètes chrétiens à lire, parfois d’ailleurs entremêlées avec des listes de Pères. Peut-on voir dans ces listes la création d’autorités ? Cela est très probable, mais on peut légitimement se demander si ces autorités sont des autorités littéraires ou théologiques et spirituelles. Dans certains cas, ces listes s’opposent à des “contre-listes” de poètes qu’il ne faut pas lire et dans ce cas, on voit apparaître une forme de représentation de l’univers poétique chrétien en contrepoint de l’univers poétique romain, mais fondé sur d’autres critères que le genre ou la renommée scolaire des auteurs. Il existe donc très probablement une liste des diuini uates, dont le but est de compléter (mais selon quelles modalités ?) les listes d’autorités patristiques.

Bibliographie sélective

Deproost P.-A. 1998, « Ficta et facta. The Condemnation of the Lie of the Poets in the Latin Christian Poetry ».

Deproost P.-A. 1997, « L’épopée biblique en langue latine Essai de définition d’un genre littéraire », Latomus, 56, p. 14‑39.

Fontaine J. 1981, Naissance de la poésie dans l’Occident chrétien : esquisse d’une histoire de la poésie latine chrétienne du IIIe au VIe siècle, Paris, France, Études augustiniennes, « Collection des études augustiniennes. Série Antiquité, Paris ».

Fraïsse A. 2008, « Épopée biblique entre traduction poétique et commentaire exégétique», Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 19 décembre 2008. URL : http://cerri.revues.org/570  ; DOI : 10.4000/cerri.570

Nodes D. J. 1993, Doctrine and exegesis in biblical Latin poetry, Leeds, Cairns, Arca 31.

Pelttari A. 2014, The Space That Remains : Reading Latin Poetry in Late Antiquity, Ithaca (N.Y.), Cornell University Pr., « Cornell studies in classical philology ».

Comptes rendus de Gayané Charpin et de Numa Mussot

Paulin de Nole, figure chrétienne d’autorité, en rupture profonde avec le monde traditionnel

La question, « qu’est-ce qu’être chrétien au 4ème siècle », est centrale dans la
confrontation entre Ausone et son ami Paulin, lorsque ce dernier abandonne ses biens et
son existence de riche aristocrate pour se consacrer à la vie monastique. De nombreuses
études feraient du poète bordelais un chrétien modéré ou tiède en désaccord avec son
ancien élève, car celui-ci serait en rupture profonde avec le monde traditionnel par sa foi
radicale et sa vie ascétique. Cette vision doit être fortement nuancée. En effet, l’examen
du contexte religieux de l’époque montre d’une part que la notion même de chrétien
modéré est sujette à caution, et d’autre part que la voie suivie par Paulin s’inscrit dans la
recherche d’une nouvelle religiosité qui déborde largement le cadre du christianisme. Le
rapprochement entre les écrits de Paulin, de Symmaque et d’Ausone permet de préciser
à la fois l’étendue et les limites de la rupture avec le monde ancien indubitablement
présente chez Paulin de Nole et, par suite, de répondre à la question posée au début.

Bibliographie

• Sur Paulin de Nole, Ausone, Symmaque et Rutilius Namatianus

Paolino di Nola. Le lettere [vol 1 e 2], ed./trad. G. Santaniello

Paolino di Nola, I Carmi [vol. 1 et 2], ed./trad. A. Ruggiero, Strenae Nolanae.

Paulinus Nolanus, Carmina, ed. F. Dolveck, CCSL 21, Brepols, Turnhout, 2015.

Trout Dennis E., Paulinus of Nola : Life, Letters and Poems, University of California Press, 1999.

Santaniello G., Vita di Paolino da Bordeaux vescovo di Nola (352/353 Ca.-431), Strenae Nolanae, LER, 2015.

Piscitelli T. (a cura di), Studia Humanitatis, In memoria di Mons. Andrea Ruggiero, LER, 2015.

Amherdt, Ausone et Paulin de Nole : correspondance, Bern, 2004.

Green P. H., The works of Ausonius, Edited with Introduction and Commentary by R. P. H. Green, Oxford, 2003.

Jasinski, Ausone, œuvres en vers et en prose, traduction de M. Jasinski, tomes I et II, Paris, 1934 et 1935.

Symmaque, Discours-Rapports, texte établi, traduit et commenté par J.-P. Callu, CUF 5, Paris, 2009.

Rutilius Namatianus, Sur son retour, texte établi et traduit par E. Wolff avec la collaboration de S. Lancel (V) pour la traduction et J. Soler pour l’introduction, Paris, 2007.

• Sur l’histoire du Christianisme et les problèmes Chrétiens/Païens

Beck N., Goddesses in Celtic Religion. Cult and Mythology : A Comparative Study of Ancient Ireland, Britain and Gaul. Thèse de doctorat d’Études Anglophones, Université Lumière Lyon 2 / University College of Dublin – 2009, p. 1- 603. Diffusion sous le contrat Creative Commons : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2009/beck_n#p=0&a=top

Camelot P.-Th. et Maraval P., Les conciles œcuméniques. I Le premier millénaire, Paris, 1988.

Daniélou J. et Marrou H.-I., Nouvelle histoire de l’église. Des origines à Saint Grégoire le Grand, Paris, 1963.

Dodds E. R., Païens et Chrétiens dans un âge d’angoisse. Aspects de l’expérience religieuse de Marc Aurèle à Constantin. (2ème édition) Paris, 2010.

Gaudemet J., Conciles gaulois du IVe siècle, texte latin de l’édition C. Munier, introduction, traduction et notes par J. Gaudemet (Sources Chrétiennes) Paris, 1977.

Guignebert Ch., « Les demi-chrétiens et leur place dans l’Église antique », Revue de l’histoire des religions, 88, 1923, p. 65-102

Gouguenheim S., La sibylle du Rhin. Hildegarde de Bingen, abbesse et prophétesse rhénane, Paris, 1996. (voir aussi Kathryn Kerby-Fulton, “Hildegard of Bingen”, dans Medieval Holy Women in the Christian Tradition c.1100-c.1500, 2010, p. 343-369.)

Marrou H.-I., Décadence romaine ou Antiquité tardive ? Paris, 1977.

Pietri L., « La Gaule chrétienne au IVe siècle », Vita Latina, 172, 2005, p 60-71.

Turcan R., Les religions de l’Asie dans la vallée du Rhône, Leiden, 1972.

Turcan R., Recherches Mithriaques. Quarante ans de questions et d’investigations, Paris, 2016.

Isis en Occident, Actes du IIème Colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002, édités par L. Bricault, Leiden-Boston, 2004.

Le problème de la christianisation du monde antique. Textes réunis par H. Inglebert, S. Destephen et B. Dumézil, publié avec le concours du laboratoire THEMAM, UMR 7041, Université Paris Ouest Nanterre-La-Défense, Paris, 2010.

Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, XVI, quarante ans d’enquête (1972-2012), 2, christianisation et espace urbain, atlas, tableaux, index. Éditée par F. Prévot, M. Gaillard et N. Gauthier, Paris, 2014.

  • Elie Ayroulet (Mercredi 17 janvier 2018 – 15h30-17h30)

Affiche à télécharger  

Compte rendu de Lucie Salamor

« ὅ δέ παρά τῶν Πατέρων ἐδιδάχθην, φημί » – L’argument patristique chez Maxime le Confesseur (580-662) : Exemple de son emploi dans la Lettre XV

Ce séminaire portera sur l’utilisation théologique de l’argument patristique par Maxime le Confesseur dans sa Lettre XV qui appartient à l’ensemble des Lettres christologiques XII à XIX. Nous serons attentifs aux Pères auxquels Maxime se réfère, mais surtout à la manière dont il procède théologiquement à partir d’eux pour sauver l’expression cyrillienne « une seule nature du Verbe incarné » de son interprétation sévérienne et la concilier avec la définition de Chalcédoine.

Bibliographie sommaire

Ponsoye Emmanuel, Larchet Jean-Claude, Maxime le Confeseur, Lettres, Sagesses Chrétiennes, 1998 (présentation sur le site des éditions du Cerf).

Texte grec des Lettres dans Patrologia Graeca 91, col. 363-650.

Saint Jérôme, figure de l’autorité à la Renaissance

Dans ses Laudes sancti Hieronymi, hymne en hexamètres dactyliques qui, jusqu’alors, était en partie inédite, le milanais Giuseppe Brivio, en latin Joseph Bripius (1378-1457), s’attache au personnage emblématique de saint Jérôme. Ses choix, qui placent Jérôme entre la réalité historique et la légende, contribuent à la construction de cette figure d’autorité, bien avant la Vie de Jérôme écrite par Érasme (1516).

Bbliographie sommaire

Canellis A., « Le saint Jérôme de Giuseppe Brivio : entre réalité et imaginaire », dans Mélanges Bertrand Lançon, à paraître dans la RET (Revue d’Études Tardoantiques, on line).

• Sur Giuseppe Brivio (Brippius, Brippio, Ioseph)
Sottili A., « Zur Biographie Giuseppe Brivios und Maffeo Vegios, Mittellateinisches Jahrbuch, IV (1967), pp. 219-229, repris dans Agostino SOTTILI (†), Humanismus und Universitätsbesuch – Renaissance Humanism and University Studies. Die Wirkung Italienischer Universitäten auf die Studia Humanitatis nördlich der Alpen – Italian Universities and their Influence on the Studia Humanitatis in Northern Europe, Brill, Leiden-Boston, 2006, Education and Society in the Middle Ages and Renaissance, 26, pp. 462-491, en part. p. 474-475.

• Miglio M., s. u. « Brivio, Giuseppe », Dizionario Biografico degli Italiani, Vol. 14 (1972), p. 355-358,disponible en ligne le 8 août 2016 : http://www.treccani.it/enciclopedia/giuseppe-brivio_(Dizionario- Biografico)/).

• Œuvre de G. Brivio
Servaes F.-W., Joseph Bripius : De laudibus sancti Alexii : Untersuchungen und kritischer Text, Köln, 1966.
On peut consulter en ligne l’édition plus ancienne : Josephus Bripius, Carmen de laudibus S. Alexii ex Schedis H. Middeldorpfii editum a Fr. Haase (Index lectionum per hiemem 1861 habendarum in universitate Vratislaviensi).

  • Michel Fédou, Centre Sèvres, Paris (Jeudi 12 avril – 14h30-16h30)

Affiche à télécharger

La séance aura lieu Salle 404
Université Lyon 3
18 rue Chevreul – Lyon 7e

Autorité et sainteté : l’apport d’Origène

Si Origène reconnaît l’importance des fonctions ministérielles dans l’Église, il souligne surtout que ces fonctions doivent être exercées dans l’esprit de l’Évangile.
La hiérarchie des ministères est en fin de compte subordonnée à une hiérarchie de sainteté qui lui sert de critère ultime, soit que la pratique de tel ministre paraisse contredire l’idéal de perfection, soit au contraire qu’elle incarne cet idéal pour
le bien de la communauté.

Bibliographie de Michel Fédou

Christianisme et religions païennes dans le Contre Celse d’Origène, Beauchesne, Paris, 1988.

La Sagesse et le monde. Le Christ d’Origène, Desclée, Paris, 1995.

Regards asiatiques sur le Christ, Desclée, Paris, 1998.

La voie du Christ. Genèses de la christologie dans le contexte religieux de l’Antiquité du IIe siècle au début du IVe siècle, Cerf, Paris, 2006.

Les Pères de l’Église et la théologie chrétienne, éditions Facultés jésuites de Paris, 2013, 351 pages.

La voie du Christ. II. Développements de la christologie dans le contexte religieux de l’Orient ancien, d’Eusèbe de Césarée à Jean Damascène (IVe-VIIIe siècle), Cerf, Paris, 2013.

La voie du Christ (III). Évolutions de la christologie dans l’Occident latin d’Hilaire de Poitiers à Isidore de Séville (IVe-VIIe siècle), Cerf, Paris, 2016.

— (En collaboration avec Luc Brésard), Origène, Commentaire sur l’épître aux Romains, Sources Chrétiennes 532, 539, 543 et 555, Cerf, Paris, 2009-2012.

  • Dominique Cerbelaud et Dominique Gonnet (Jeudi 14 juin – 14h30-16h30)

A qui revient l’autorité religieuse dans le monde syriaque?

Affiche à télécharger

Dominique Cerbeleaud

Quelles sont, dans l’œuvre d’Ephrem le Syrien, les figures qui font autorité, dans le domaine religieux ou dans le domaine politique ? On établira, dans les deux cas, les critères de légitimité (ou d’illégitimité) de ces autorités, ce qui permettra de pressentir une certaine cohérence de la vision politico-religieuse du diacre de Nisibe.

Dominique Gonnet – Sources Chrétiennes, HiSoMA

La figure de Philoxène de Mabboug est au centre des conflits théologiques qui ont suivi le concile de Chalcédoine et divisé l’Orient chrétien. En s’appuyant sur Cyrille d’Alexandrie, la grande figure du Concile précédent, celui d’Éphèse, il s’opposa aux décrets de Chalcédoine. Comment s’organisent pour lui les différentes autorités auxquelles il se réfère?

Bibliographie sélective

• Œuvres de Philoxène

Sancti Philoxeni Episcopi Mabbugensis Dissertationes decem de Uno e Sancta Trinitate incorporato et passo, Brière et Fr. Graffin (éd.), : syriaque et latin : I et II (PO 15.4 [75]) ; III, IV et V (PO 38.3 [176]) ; syriaque et français : VI, VII et VIII (PO 39.4 [181]) ; IX et X (PO 40.2 [183]) ; Appendices : Tractatus, Refutatio, Epistula dogmatica, Florilegium (PO 41.1 [186]) (= Philoxène, Dissertationes)  ; nommé Mēmrē contre Ḥabib dans Halleux, Philoxène, p. 225 s.

de Halleux A., « Nouveaux textes inédits de Philoxène de Mabbog. I : Lettre aux moines de Palestine ; Lettre liminaire au synodicon d’Éphèse », Le Muséon 75:1-2 (1962).

Philoxène de Mabbog. Lettre aux moines de Senoun, de Halleux (éd. et trad.), Louvain (CSCO 231, Syr. 98 et 232, Syr. 99) (= Philoxène, Moines de Senoun).

Philoxeni Mabbugensis. Tractatus tres de Trinitate et Incarnatione, Arthur Adolphe Vaschalde (éd. et trad.), Louvain (CSCO 9, Syr. 9 et 10, Syr. 10) ; nommé Livre des sentences dans Halleux, Philoxène, p. 240 s.

• Ouvrages concernant Philoxène

de Halleux, Philoxène de Mabbog : sa vie, ses écrits, sa théologie, Univ. Cath. Lovaniensis, Diss. III, 8 (1963) (= Halleux, Philoxène).

Draguet R., Julien d’Halicarnasse et sa controverse avec Sévère d’Antioche sur l’incorruptibilité du corps du Christ, étude d’histoire littéraire et doctrinale suivie des Fragments dogmatiques de Julien (texte syriaque et version grecque), Louvain 1924.

Lebon, Le Monophysisme sévérien, étude historique, littéraire et théologique sur la résistance monophysite au concile de Chalcédoine jusqu’à la constitution de l’église Jacobite, Louvain 1909 (Universitas Catholica Lovaniensis. Dissertationes; s.II, t. 4)