Séminaire Poésie et liturgie (2019-?)

Formulaire d’autorisation de publication des comptes rendus à télécharger

Programme – Année 2019-2020

Affiche à télécharger

Le séminaire abordera tout ce qui concerne les questions de liturgie dans les domaines grecs, latins et syriaques : que peut-on dire du cycle des lectures bibliques proclamées pendant la célébration ? À quel moment, et dans quels lieux, se met-il en place ? Quelle est la liberté du prédicateur dans le choix des textes bibliques qu’il commente, et se confronte-t-il éventuellement à des résistances de l’auditoire ? Quelle place y jouent les hymnes, et quelle en est la nature ? Le séminaire s’intéressera donc aussi à tout ce qui concerne la poésie liturgique et la poésie biblique en général, dans la mesure où le genre poétique même s’inscrit dans la même dynamique de célébration.

***

Lieux et horaires

sauf mention contraire, les séances se dérouleront le

jeudi de 14h30 à 16h45

***

  • Guilllaume Bady (CNRS) – Jeudi 10 octobre 2019 – Sources Chrétiennes – 22 rue Sala – Lyon 2e

Affiche à télécharger

Un bouquet poético-liturgique dans un manuscrit du 14e siècle, le Parisinus gr. 1630

Capture d’écran de Gallica, retravaillée

Recueil de miscellanées du 14e siècle, le Parisinus gr. 1630 comporte un ensemble original de textes autour des Psaumes que l’on peut qualifier de « bouquet poético-liturgique ». Il comprend notamment des vers sur les 150 Psaumes, vus à la lumière de la typologie chrétienne, attribués à Nicétas Chartophylax († vers 1145). Il s’agira de décrire cet ensemble et de tenter d’en comprendre les motifs.

 

Bibliographie sélective

Université de Gand, Database of Byzantine Book Epigrams : https://www.dbbe.ugent.be/

Auwers J.-M. 2000, La composition littéraire du Psautier. Un état de la question, Paris.

Boissonade J.-F. 1829-1833, Anecdota Graeca e codicibus regiis, 3 vol. Paris.

De Groote M. 2004, “Joannes Geometres’ Metaphrasis of the Odes: Critical Edition”, Greek, Roman, and Byzantine Studies 44, 382-404.

Demoen K., & F. Bernard (eds) 2012, Poetry and Its Contexts in Eleventh-Century Byzantium, Aldershot.

Detorakis T. 2001, “Ἑρμηνεία τῶν ᾠδῶν”, in I. Karabidopoulos, C. Oikonomou, D. Tsames & N. Zacharopoulos (eds), Ἁγίου Νεοφύτου τοῦ Ἐγκλείστου Συγγράμματα, vol. 4, Paphos, 232-529.

Dorival G. 1981, “Le Commentaire sur les Psaumes de Nicétas David (début du 10e siècle)”, Revue des études byzantines 39, 272-296.

Dorival G. 1992, Les chaînes exégétiques grecques sur les Psaumes, III, Louvain, Spicilegium Sacrum Lovaniense 45.

Harl M., B. Meynadier & A. Pietrobelli 2014, Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la liturgie chrétienne, Paris, Anagôgê 8.

Jagić V. 1904, Ein unedierter griechischer Psalmenkommentar, Vienne.

Ludwich, A. 1912, Apolinarii Metaphrasis Psalmorum, Leipzig.

Mercati G. 1952, Alla ricerca dei nomi degli « altri » traduttori nelle omilie sui Salmi di S. Giovanni Crisostomo, Vatican, Studi e Testi 158.

Parpulov G. R. 2014, Toward a History of Byzantine Psalters ca. 850–1350 AD, Plovdiv.

Parpulov G. R. 2010, “Psalters and Personal Piety in Byzantium”, in Magdalino P. & R. Nelson (eds) 2010, The Old Testament in Byzantium, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Byzantine Symposia and Colloquia 2, 77-105.

Pérez Martín I. 2011, “Les Kephalaia de Chariton des Hodèges”, in Van Deun & Macé (eds) 2011, 361-385.

Pérez Martín I. 2016, “La sécularisation du monachisme byzantin à l’époque macédonienne : l’évidence manuscrite”, dans Delouis, Métivier & Pagès (eds) 2016, 563-588.

Rhoby A. 2018, Byzantinische Epigramme in inschriftlicher Überlieferung Band 4. Ausgewählte byzantinische Epigramme in illuminierten Handschriften : Verse und ihre “inschriftliche” Verwendung in Codices des 9. bis 15. Jahrhunderts, Veröffentlichungen zur Byzanzforschung 42.

Rondeau M.-J. 1982-1985, Les commentaires patristiques du psautier (IIIe – Ve siècles), 2 vol., Rome, Orientalia Christiana Analecta 219-220.

Schneider H. 1949, “Die biblischen Oden”, Biblica 30, 28-65, 239-272, 433-452, 479-500.

Speck P. 1968, Jamben auf verschiedene Gegenstaende, Berlin, Supplementa Byzantina 1.

Westerink L. G. 1992, Michaelis Pselli Poemata, Stuttgart & Leipzig, 327-390 (Poema 54).

 

NB : Clichés d’Aline Canellis

  • Hélène Rouche (Université Jean-Moulin Lyon 3) –
  • Jeudi 21 novembre 2019 – salle Reinach – Maison de l’Orient –
  • 7 rue Raulin – Lyon 7e

Le Carmen Paschale de Sédulius, une épopée biblique centrée sur le Christ

Affiche à télécharger

Au Vème siècle, Sédulius écrit le Carmen Paschale, épopée biblique constituée de quatre livres racontant la vie du Christ de sa naissance à son Ascension, précédés d’un livre compilant des miracles de l’Ancien Testament. Cette œuvre, aujourd’hui peu connue, a pourtant remporté un franc succès jusqu’à l’époque moderne, comme en témoigne le grand nombre de manuscrits qui sont parvenus jusqu’à nous. Il s’agira de présenter cette œuvre en étudiant sa tradition manuscrite, sa composition et sa fonction, tout en nous interrogeant sur l’image de Dieu qu’elle transmet.

Capture d’écran du manuscrit numérisé de la Bibliothèque du musée Planti-Moretus

 

 

Bibliographie

SEDULIUS C. C. , Opera omnia, éd. Arevalo, Paris, France, Patrologie Latine, 1846.

SEDULIUS C. C.,  Sedulii opera omnia: una cum excerptis ex Remigii expositione in Seduliipaschale carmen, éd. J. Huemer revue par V. Panagl (dir.), Wien, Autriche, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, OAW, 2007.

CONTRENI J. J., « A propos de quelques manuscrits de l’école de Laon au IXe siècle: dé- couvertes et problèmes. »,Moyen Age 78, 1972, p. 5-39.

CONTRENI J. J., , The cathedral school of Laon from 850 to 930: its manuscripts and masters, 1978, München, Allemagne, Arbeo-Gesellschaft.

SPRINGER C. P. E.,  The Gospel as Epic in Late Antiquity: the Paschale Carmen of Sedulius, Leiden, Pays-Bas, Pays multiples, E.J. Brill, 1988.

SPRINGER C. P. E.,  The Manuscripts of Sedulius : a Provisional Handlist, Philadelphia (Pa.), Etats-Unis d’Amérique, American philosophical society,1995.

SEDULIUS C. C. 2013, Le chant de Pâques: Poème pascal – Prose pascale, B. Bureau (dir.), Paris, France, J.-P. Migne, DL 2013.

 

NB : Clichés de Stéphane Gioanni et Catherine Schmezer

  • Bruno Bureau (Université Jean-Moulin Lyon 3) – Jeudi 12 décembre 2019 – salle Reinach – Maison de l’Orient – 7 rue Raulin – Lyon 7e

Affiche à télécharger

L’Historia Apostolica d’Arator : un panégyrique des Apôtres ou un cycle de lectures ?

Même si le poème d’Arator a été placé rapidement dans des listes de poètes de l’épopée biblique et est devenu un auteur scolaire et un modèle de versification, l’étude des circonstances de création du poème et l’examen de l’évolution du paratexte invite à se demander si la destination originelle du texte n’est pas liée à une forme de liturgie mettant en œuvre dans le temps de la Pentecôte la geste des apôtres Pierre et Paul. L’orientation pétrinienne du poème ainsi que le lieu de sa création (St Pierre aux Liens) invite à reconsidérer le texte sous l’angle d’une création « paraliturgique », en lien avec le développement des thèmes pétriniens et romains dans l’Eglise d’occident du 6e siècle.

His solidata fides, his est tibi, Roma, catenis, Perpetuata salus; (1, 1070-1071), Reliquaire des chaînes de St Pierre (19e s.), Rome, San Pietro in Vincoli.

Bibliographie

Pour l’édition commentée du texte

  • Arator, Histoire apostolique, B. Bureau et P.-A. Deproost (éd.), Paris, les Belles lettres, 2017.

Sur la constitution du texte d’Arator et sa diffusion

  • Deproost P.-A. – Haelewyck J.-Cl., « Le texte biblique des Actes et l’authenticité des sommaires en prose dans l’Historia apostolica d’Arator », in R. Gryson (hrsg.) Philologia sacra. Biblische und patristische Studien für Hermann J. Frede und Walter Thiele zu ihrem siebzigsten Geburtstag. Bd. 2: Apokryphen, Kirchenväter, Verschiedenes (Vetus Latina. Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, t. 24/2), Freiburg i. B., Herder, 1993, p. 583-604.
    • -examen des tituli pour conclure à leur ancienneté mais non à leur authenticité.
  • Licht T., « Aratoris fortuna. Aufgang und Überlieferung der Historia apostolica», dans A. Jördens, H.A. Gärtner, H. Görgemanns et A.M. Ritter (éd.), Quaerite faciem eius semper. Studien zu den geistesgeschichtlichen Beziehungen zwischen Antike und Christentum als Dankesgabe für Albrecht Dihle aus dem Heidelberger « Kirchenväterkolloquium », Hamburg, 2008.
    • -étudie entre autres la formation d’une vulgate de diffusion du texte.
  • Vezin J., « Observations sur l’origine des manuscrits légués par Dungal à Bobbio », Münchener Beitrage zur Mediävistik und Renaissance Forschung, 32, 1982, p. 125-144.
    • -très important pour comprendre l’origine du manuscrit A (Milano Bibl. Ambr. C74 sup.)

 

  • Eizenhöfer L., « Arator in einer contestatio der Mone-Messen und in einer Mailändischen Praefation », Revue Bénédictine, 63, 1953, p. 329-333.
    • -étude et édition du palimpseste de Karlsruhe contenant les vers d’Arator inclus dans le texte d’une préface de messe, implique un usage liturgique du poète, voir ci-dessous.
  • Ker N. R., Lowe E. A., McKinlay A.P., « A New Fragment of Arator in the Bodleian », Speculum, 19, n° 3, 1944, p. 351-359.
    • -collation et analyse des fragments d’Arator trouvés dans la couverture du E Musaeo 66. Montre l’absence des tituli.

Sur la relatio et son contexte

  • Cantino Wataghin G., « Le biblioteche nella tarda antichità : l’apporto dell’archeologia », Antiquité Tardive, 18, 2010, 21-62.

 

Utilisation et fonction du texte

  • Pollmann Karla F. L., « Establishing authority in Christian poetry of Latin late antiquity », Hermes, vol. 141, no 3, 2013, p. 309-330.
    • -article général, mais qui permet de comprendre les motivations de la commande d’un poème sur les Actes ;
  • Sotinel C., « Arator, un poète au service de la politique du pape Vigile », Mélanges de l’École Française de Rome. Antiquité, 101, 2, 1989, p. 805-820.
    • -analyse très complète de la position politico-religieuse qui documente les rapports entre Arator et Vigile.
  • Deproost P.-A., L’apôtre Pierre dans une épopée du VIe siècle. L’Historia apostolica d’Arator, Paris, 1990.
    • -mise en évidence de la dimension pétrinienne du texte qui complète parfaitement l’analyse précédente.
  • Hillier R., Arator, the Acts of the Apostles. A Baptismal Commentary, Oxford, 1993.
    • -prise en compte d’une dimension “litrugique” sous un autre angle, non plus celui de la politique ecclésiale, mais celui de l’insertion dans le laetissimum spatium.
  • Devisse J., Hincmar, archevêque de Reims, 845-882, Genève, 1975.
  • Schieffer R., « Hinkmar und die Dichter », in E. Könsgen (éd.), Arbor amoena comis : 25 Jahre Mittellateinisches Seminar in Bonn, 1965-1990, 1990, p. 81-90.
    • -deux titres qui, autour de la figure emblématique de Hincmar de Reims, montrent l’inclusion des poètes dans un programme culturel plus vaste, mais non liturgique.
      • Contexte romain du début du 6e siècle
  • Salzman M., « Leo’s Liturgical Topography: Contestations for Space in Fifth-Century Rome », The Journal of Roman Studies, vol. 103, 2013, p. 208-232.
  • Ph. A. McShane, La Romanitas et le pape Léon le Grand. L’apport culturel des institutions impériales à la formation des structures ecclésiastiques (Recherches. Théologie, 24), Tournai-Montréal, 1979.-études très riches de la situation antérieure au 6e siècle qui permettent de comprendre les évolutions ultérieures.
  • en enfin deux études sur le contexte immédiatement antérieur qui peuvent éclairer la décision de Vigile
    • Alchermes Joseph D., « Petrine Politics: Pope Symmachus and the Rotunda of St. Andrew at Old St. Peter’s », The Catholic Historical Review, vol. 81, no1, 1995, p. 1-40.
    • Llewellyn P. A. B., « The Roman Church during the Laurentian Schism: Priests and Senators », Church History, vol. 45, no 4, 1976, p. 417-427.

NB : Clichés d’Aline Canellis

  •  Julie Leyronas (Université Jean-Moulin Lyon 3) – Jeudi 16 janvier 2020 – salle Reinach – Maison de l’Orient – 7 rue Raulin – Lyon 7e

Affiche à télécharger

Le De Triumphis Christi Antiochiae gestis de Flodoard : étude d’un cycle hagiographique en vers

Flodoard, chanoine rémois du xe siècle, proche des archevêques de Reims et donc du pouvoir politique, est connu pour son œuvre d’historien : auteur des Annales, allant de 919 à 966, et de l’Historia Remensis Ecclesiae, qui relate l’histoire rémoise de la fondation de la cité à 948, il constitue une source inestimable pour qui veut étudier l’histoire de son époque. Or, il est aussi l’auteur d’un poème hagiographique de près de 20 000 vers, le De Triumphis Christi, dont la partie sur Antioche se caractérise par sa variété métrique. Mais cette œuvre a été mal perçue et très peu transmise, en partie pour sa complexité pour un poème qui semble, à première vue, avoir pour visée l’édification des fidèles. Il s’agira donc d’étudier les enjeux littéraires mais aussi personnels et politiques de cette œuvre surprenante en comparaison des autres écrits de Flodoard.

Capture d’écran du folio 61v° du Manuscrit 2409 conservé à la Bibliothèque Sainte Geneviève.

Bibliographie

Flodoard, Historiae Remensis ecclesiae, texte établi par G. Colvener, Douais, France, 1617.

—, Histoire de l’église de Rheims, J.-L. J. Brière, J.-A. Lebel & F. Guizot (dir.), Paris, chez J.­‑L.-J. Brière, n°68, France, 1824.

—, Opera omnia, J.-P. Migne (éd.), Patrologie Latine, t. 135, France, 1853.

—, Les annales de Flodoard, P. Lauer (dir.), Paris, France, A. Picard et fils, 1905.

—, Die Geschichte der Reimser Kirche, M. Stratmann (dir.), Hannover, Allemagne, Hahnsche Buchhandlung, Monumenta Germaniae historica. Scriptores, 36, 1998.

 

Ouvrages modernes

Aigrain R. 2000, L’hagiographie : ses sources, ses méthodes, son histoire, R. Godding (dir.), Bruxelles, Belgique, Société des Bollandistes, Subsidia hagiographica, 80.

Carey F. M. 1938, « The Scriptorium of Reims During the Archbishopric of Hincmar (845-882 A.D.) », L. Webber éd., Classical and Mediaeval Studies in Honor of Edward Kennard Rand (New-York), p. 40-59.

Demouy P. (dir.) 2014, Reims, une métropole dans l’histoire : la ville antique et médiévale, Paris, France, D. Guéniot (éd.).

Deproost P.-A. 1997, « L’épopée biblique en langue latine. Essai de définition d’un genre littéraire », Latomus, 56, p. 14‑39.

— 1998, « Ficta et facta. La condamnation du ‘mensonge des poètes’ dans la poésie latine chrétienne », Revue des études augustiniennes, 44, p. 101-121.

Desportes P. (dir.) 1983, Histoire de Reims, Toulouse, France, Privat.

Dolbeau F. 1992, Les hagiographes au travail : collecte et traitement des documents écrits (ive-xiie siècles), avec annexe, une discussion chronologique du xiie siècle (édition de BHL 5824e), Sigmaringen, Allemagne, J. Thorbecke.

— 2002b, « Un domaine négligé de la littérature médiolatine : les textes hagiographiques en vers », Cahiers de civilisation médiévale, 45, p. 129-139.

Fontaine J. 1980, Études sur la poésie latine tardive d’Ausone à Prudence : recueil de travaux, Paris, France, Les Belles Lettres.

Goullet M. 2001, « Vers une typologie des réécritures hagiographiques, à partir de quelques exemples du Nord-Est de la France. », La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval. Transformations formelles et idéologiques, sous la direction de M. Heinzelmann., p. 111‑146.

— 2003, « Une typologie des réécritures peut-elle éclairer la nature du discours hagiographique ? », Hagiographica. Actes du V. Convego Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino [S.I.S.M.E.L], Florence, 22-23 mars 2002, Florence, p. 109‑121.

— 2005, Écriture et réécriture hagiographiques : essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (viiie-xiiie siècle), Turnhout, Belgique, Brepols.

— 2008, « Poésie hagiographique et didactique de la poésie », Dichten als Stoff-Vermittlung. Formen, Ziele, Wirkungen. Beiträge zur Praxis der Versifikation lateinischer Texte im Mittelalter, Zurich, P. Stotz, p. 71‑84.

Goullet M. & Heinzelmann M. 2003, La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval : transformations formelles et idéologiques, Ostfildern, Allemagne, J. Thorbecke, Beihefte der Francia.

Heene K. 1991, « Audire, Legere, Vulgo : an attempt to define public use and comprehensibility of Carolingian hagiography », Latin and the Romance languages in the Early Middle Ages, London, Royaume-Uni, Wright Roger, p. 146‑163.

Isaïa M.-C. 2014, Histoire des Carolingiens : viiie-xe siècle, Paris, France, Points.

Jacobsen P. C. 1978, Flodoard von Reims : sein Leben und seine Dichtung « De triumphis Christi », Leiden ; Köln, Pays-Bas, E. J. Brill, Mittellateinische Studien und Texte, 10.

Muzerelle D. 1969, Flodoard « De Triumphis Christi apud Italiam » : études des sources et édition des livres I-V et XII, Thèse de doctorat soutenue à Paris, École des Chartes.

Palazzo É. 2009, « La liturgie carolingienne », Le monde carolingien : bilan, perspectives, champs de recherches, Brepols Publishers, Culture et société médiévales, p. 219‑241.

Roberts E. 2014, « Flodoard, the will of St Remigius and the see of Reims in the tenth century », Early Medieval Europe, 22, p. 201‑230.

— 2016, « Hegemony, rebellion and history : Flodoard’s Historia Remensis ecclesiae in Ottonian perspective », Journal of Medieval History, 42, p. 155‑176.

— 2018, « Construire une hiérarchie épiscopale : Flodoard de Reims et la correspondance de l’archevêque Foulques (vers 850-vers 950) », Cahiers de Civilisation Médiévale, 61, p. 11‑26.

— 2019, Flodoard of Rheims and the writing of History in the Tenth Century, Cambridge, University Press.

Sot M. 1993, Un historien et son Église au xe siècle : Flodoard de Reims, Paris, France, Fayard.

Uytfanghe M. V. 1989, « Le culte des saints et l’hagiographie face à l’écriture : les avatars d’une relation ambiguë », Santi e demoni nell’Alto medioevo occidentale (secoli V-XI), Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo (7-13 aprile 1988), Spolète, Italie, p. 155‑202.

— 1993, « L’hagiographie : un « genre » chrétien ou antique tardif ? », Analecta Bollandiana, 111, p. 135‑188.

— 2002, « L’hagiographie de l’Antiquité tardive : une littérature populaire ? », Antiquité Tardive, 9, p. 201‑218.

Verdo R. 2014, « Langue hagiographique, narratologie et liturgie : vers une norme commune de la distanciation à l’époque carolingienne ? », M.-C. Isaïa & T. Granier (dir.), Normes et Hagiographie dans l’Occident Latin (ve-xvie siècle) : Actes du Colloque International de Lyon, 4-6 Octobre 2010, Turnhout, Brepols Publishers.

NB : Clichés d’A. Canellis

 

  • Aline Canellis (Université Jean-Monnet – Saint-Etienne) – Jeudi 20 février 2020 – salle Reinach – Maison de l’Orient – 7 rue Raulin – Lyon 7e

Attention ! La séance est reportée à une date ultérieure qui sera communiquée bientôt.

Bilan sur le Praeconium Paschale d’après la lettre de saint Jérôme à Praesidius

Affiche à télécharger

Leiden, Univ., Voss. Lat. O.92, s. X, f. 15v

Écrite entre 383 et 385, la lettre de Jérôme (Epistula 18*) est une réponse adressée au diacre de Plaisance, Praesidius. Jérôme refuse d’accéder à la demande de son correspondant d’écrire un éloge du cierge pascal. Cette lettre offre un intérêt littéraire, scripturaire, exégétique, mais surtout historique et liturgique : en effet, on a longtemps cru que l’usage de la laus cerei datait du 5ème siècle, mais, en réalité, comme le prouve la lettre de Jérôme, l’usage du Praeconium Paschale, de la bénédiction du cierge pascal, était déjà en usage à Plaisance, plus largement en Italie du Nord, à la fin du 4ème siècle.

Attention : suite aux mesures de confinement dues à la conjoncture (COVID-19) tous les séminaires à partir du 14 mars 2020 sont reportés à une date ultérieure. Si vous avez besoin d’une note de validation du séminaire, merci de contacter Catherine Broc-Schmezer, Bruno Bureau, Aline Canellis et Stéphane Gioanni. Bon courage à toutes et tous !

  • Annick Peters-Custot (Université de Nantes) – Jeudi 26 mars 2020 – salle 404 – Université Lyon 3 – 18 rue de Chevreul – Lyon 7e

 Un kontakion italo-grec en l’honneur de saint Martin de Tours, et la carrière « byzantine » de ce dernier

Icône de saint Martin de Tours, datée des années 1500, provenant de Crète ou de Venise, conservée au Petit Palais (http://www.petitpalais.paris.fr/oeuvre/saint-martin).

On souhaite ici présenter un cas rarissime de composition hymnographique byzantine réalisée autour d’un saint occidental qui ne fait pas partie des catégories de saints latins admises dans la liturgie orientale (apôtres, martyrs, papes…) : le kontakion écrit au XIe siècle à l’abbaye de Grottaferrata, fondation grecque proche de Rome, en l’honneur de saint Martin de Tours. L’intérêt de l’analyse repose sur le croisement entre hymnographie et hagiographie qui permet à la fois d’étudier les matériaux dans lesquels l’hymnographe puise ses informations – ce qui fait accéder aux enjeux et réseaux des transferts culturels, et à leurs limites – mais aussi de mettre en lumière les sélections que l’hymnographe a opérées à partir du ou des texte(s)-source(s) – car l’hymnographie est en général une écriture resserrée, densifiée – et les réaménagements et réappropriations opérés par l’hymnographe. En d’autres termes, l’étude des hymnes composées sur des bases hagiographiques nourrit nos connaissances sur les circulations dévotionnelles et liturgiques, et nous permet d’apprécier une écriture originale, au-delà des a priori encore trop courants sur le caractère répétitif et formel de ce type de production poétique dans le monde byzantin. On prendra appui sur l’originalité calabraise à l’égard du culte de saint Martin de Tours et sur la Vie grecque du saint, qui apparaît comme assez différente de la tradition latine, afin d’envisager les phénomènes de transfert et de réécriture de l’hagiographie à l’hymnographie, dans un contexte de frontière tant liturgique qu’ecclésial, entre Église romaine et Église byzantine au XIe siècle.

 

Bibliographie

Sources

H. Delehaye, « La Vie grecque de saint Martin de Tours », dans Mélanges d’hagiographie grecque et latine, Bruxelles, 1966 (Subsidia hagiographica, 42), p. 403-407.

D. Sofronio Gassisi, ieromonaco, Poesie di San Nilo Iuniore e di Paolo Monaco, abbati di Grottaferrata, Roma, 1906.

F. Halkin, « La Légende grecque de saint Martin évêque de Tours », Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici, n. s. 20-21, 1983-1984, p. 69-91.

Paulin de Périgueux, La Vie de saint Martin, évêque de Tours ; suivi des Vers de Paulin et du Testament de Perpetuus, éd. et trad. E. F. Corpet, Clermont-Ferrand, 2008.

Sozomène, Histoire ecclésiastique, III-IV, introduction et notes de G. Sabbah, traduction de A.-J. Festugière revue par B. Grillet, Paris, 1996 (Sources Chrétiennes, 418), Livre III, ch. 14, 38-41, p. 136-139.

Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, t. 1, introduction, texte et traduction par J. Fontaine, Paris, 2004 (Sources chrétiennes, 133).

Venance Fortunat, Vie de saint Martin, texte établi et traduit par S. Quesnel, Paris, Les Belles Lettres, 1996.

Études

A. Acconcia Longo, « I santi nell‟innografia liturgica bizantina (sec. VI-IX) », dans Liturgia e agiografia tra Roma e Costantinopoli. Atti del I e II Seminario di Studio, Roma- Grottaferrata 2000-2001, éd. K. Stantchev et S. Parenti, Grottaferrata, 2007 (Analekta Kruptoferensij, 5), p. 59-72.

F. D’Aiuto, “L’innografia”, dans Lo spazio letterario del Medioevo, III. Le culture circostanti, I. La cultura bizantina, éd. M. Capaldo, F. Cardini, G. Cavallo et B. Scarcia Amoretti, Rome, 2004, pp. 257-300.

E. Follieri, “L’innografia bizantina dal contacio al canone”, dans Da Bisanzio a San Marco. Muscia e liturgia, éd. G. Cattin, Bologne, 1997, pp. 1-32.

A. Jacob, « Le culte de saint Martin de Tours dans la terre d’Otrante hellénophone », dans E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot et V. Prigent (éd.), Puer Apuliae. Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Martin, 2 volumes, Paris, 2008 (Centre de recherche d’histoire et de civilisation de Byzance. Monographies, 30), p. 345-356.

  • Patrick Boucheron (Collège de France) – Jeudi 2 avril 2020 (lieu à déterminer)

Présentation du livre La Trace et l’Aura. Vies posthumes d’Ambroise de Milan (IVe-XVIe siècle), Paris, Seuil, 2019 ; avec une intervention d’Aline Canellis (UJM) suivie d’un débat en présence de l’auteur

 

Compte Facebook de la Grande Librairie – https://www.facebook.com/LaGrandeLibrairie/posts/2569045309789447

  • Christophe Cusset (École Normale Supérieure de Lyon) – Jeudi 16 avril 2020 – salle 404 – Université Lyon 3 – 18 rue de Chevreul – Lyon 7e

Le vocabulaire de la liturgie baptismale dans la Paraphrase de Nonnos

  • Jeudi 28 mai 2020 – salle 404 – Université Lyon 3 – 18 rue de Chevreul – Lyon 7e Table ronde autour de la redécouverte d’un poète chrétien gaulois du Ve siècle : Cyprianus Gallus

 

  • François Cassingéna (LEM) – Jeudi 18 juin 2020 – Sources Chrétiennes – 22 rue Sala – Lyon 2e

Poésie et liturgie selon Ephrem