Séminaire

Formulaire d’autorisation de publication des comptes rendus à télécharger

Programmes des années antérieures

2016-2017

2017-2018

***

Année 2018-2019

Programme –  Affiche à télécharger

Qui sont les “pères” pour Jean Chrysostome ?

Dans la quatrième des homélies sur le commencement des Actes (PG 51.101.24-28), Jean Chrysostome estime nécessaire d’expliquer pourquoi « nos pères » ont établi de lire les Actes des Apôtres entre Pâques et la Pentecôte : une invitation à s’interroger sur l’identité de ces « pères » et sur l’emploi d’une telle formule par Jean Chrysostome.

Bibliographie sélective

W. Mayer, The Homilies of St John Chrysostom: Provenance. Reshaping the foundations, Orientalia Christiana Analecta 273, Rome, Institutum Patristicum Orientalium Studiorum, 2005.

-, « The sequence and provenance of John Chrysostom’s homilies In illud : Si esurierit inimicus (CPG 4375) (CPG 4375) ; De mutatione nominum (CPG 4372) and In principium Actorum” (CPG 4371) », Augustinianum, 46, 2006, p. 169-186.

R. Brändle, Joahnnes Chrysostomus : Bischof, Reformer, Märtyrer, 1999 ; trad. fr. Jean Chrysostome (349-407). Christianisme et politique au IVe siècle, Paris, Cerf, 2003.

Clichés : S. Gioanni

L’autorité doctrinale des saints face aux hérésies dans les Vies des IVe et Ve siècles.

Si une large majorité des Vies de saints des IVe et Ve siècles présente des scènes de confrontation entre le héros et les hérétiques, cette lutte contre les hérésies n’est toutefois soutenue par aucun discours théologique explicite. Il s’agira alors de se demander comment est mise en scène l’autorité doctrinale des saints et ce qui la fonde dans ces passages.

Détail d’un vitrail de la cathédrale de Chartres (Vitrail 29, consacré à la vie de saint Germain d’Auxerre).

Bibliographie

J. Fontaine, « Sulpice Sévère a-t-il travesti Saint Martin de Tours en martyr militaire ? », Analecta Bollandiana81 (1963), pp. 31-58.

R. Lim, Public Disputation, Power, and social Order in late Antiquity, Berkeley, 1995.

J. Rougé, « Topos et Realia: La tempête apaisée de la Vie de saint Germain d’Auxerre », Latomus27 (1968), pp. 197-202.

V. Van Uytfanghe, « L’hagiographie de l’Antiquité tardive : une littérature populaire ? », Antiquité Tardive9 (2001), pp. 201-218.

Les Pères fondateurs. Construction d’une Église patristique dans l’hagiographie latine du haut Moyen Âge (Ve-IXe s.).

Vercelli, Biblioteca Capitolare CLXV,

f. 2v

L’hagiographie est un discours historiographique qui créé une mémoire commune pour une Eglise locale. Elle contribue notamment au cours du haut Moyen Âge à écrire une histoire de l’Église simplifiée. Si on s’en tient au nombre, à la qualité ou à la diffusion des Vitae consacrées aux Pères de l’Église, ces autorités n’occupent pas une place proéminente dans la représentation historique que le Moyen Âge a créée par l’hagiographie. La communication s’attachera néanmoins à discerner, après l’âge apostolique des martyrs, l’apparition d’un « âge des Pères » dans le discours historique de l’hagiographie latine. Elle montrera aussi par quels procédés d’écriture certaines Vitae parviennent à dessiner une figure d’autorité complète, présentant un Père dont le comportement est naturellement exemplaire, mais dont on entend aussi la voix, dans le contexte idéologique de la Renaissance carolingienne.

Bibliographie

S. Boesch Gajano, « La memoria della santità : Gregorio Magno autore e oggetto di scriture agiografiche », Gregorio Magno nel XIV centenario dalla morte, Roma, 2004, p. 321-348.

Fr. Dolbeau, « Les hagiographes au travail. Collecte et traitement des documents écrits (IXe-XIIsiècles) », Manuscrits hagiographiques et travail des hagiographes, éd. M. Heinzelmann, Sigmaringen, 1992, p. 49-76.

A. Galli, « La fortuna di un traduttore sconosciuto : la versione della Vita Basilii ad opera di Eufemio e le leggende della schiavo di Proterio e della morte di Giuliano l’Apostata », Filologia mediolatina4 (1997), p. 69-98.

Th. J. Heffernan, « Christian Biography : Foundation to Maturity », Historiography in the Middle Ages, éd. D. Mauskopf Deliyannis, Leiden/New York, 2003, p. 115-154.

M.-C. Isaïa, Essai sur le temps et l’histoire dans les Vitae latines (fin VIIe-XIe s.). Mémoire inédit d’habilitation, 2018.

M.-C. Isaïa, « Un Père grec dans l’hagiographie latine en Italie. Athanase à Milan et les Vies latines de saint Denys », Les Pères grecs en Italie, Colloque international de l’EFR, dir. A. Peters-Custot et C. Rouxpetel, article remis en avril 2017, sous presse.

D. Krueger, « Early Byzantine Historiography and Hagiography as different modes of Christian practice », Writing ‘True Stories’. Historians and Hagiographers in the Late Antique and Medieval Near East, éd. A. Papaconstantinou, M. Debié, H. Kennedy, Turnhout, 2010, p. 13-20.

P. Tomea, « Ambrogio e i suoi fratelli. Note di agiografia milanese altomedievale », Filologia mediolatina5 (1998), p. 149-232.

J. Van der Straeten, « Les Actes des martyrs d’Aurélien en Bourgogne. Le texte de Farfa », Analecta Bollandiana 79 (1961), p. 447-468.

NB : Les photos de groupe ont été prises par S. Gioanni.

 

    •   Agnès Bastit (Jeudi 28 février -14h30-16h30
  • Séance reportée le 13 juin 2019 

 

Usage ou mésusage des Pères dans un florilège christologique conservé en géorgien ?

Sauvé dans une feuille de garde du dixième siècle, un fragment de florilège christologique en traduction géorgienne invite à se poser la question de la liberté dans l’usage des autorités patristiques: on y verra Cyrille d’Alexandrie et même Timothée AElure devenir diophysites ! On pourra élargir le débat en évoquant la pseudépigraphie comme subterfuge pour lire des auteurs interdits.

Sin. 30, 75r

 

Bibliographie

• B. Outtier, « Langue et littérature géorgiennes », dans : M. Albert et alii, Christianismes orientaux. Introduction à l’étude des langues et des littératures, Paris, Le Cerf 1993, p. 261-296.

• Plus massif et en allemand : Geschichte der kirchlichen georgischen Literatur, Studi e testi 185, Città del Vaticano 1955. Adaptation plus légère : J. Karst, Littérature géorgienne chrétienne, Paris 1934.

• Sur les manuscrits : J. Gippert, Georgische Handschriften, Wiesbaden, Reichert-Verlag 2018. In Zusammenarbeit mit dem Nationalen Korneli-Kekelidze-Handschriftenzentrum Georgiens und unter Mitwirkung von Zurab Tchumburidze und Elene Machavariani.

• M. Richard, Notes sur les florilèges dogmatiques du Ve et du VIe siècle, et : Les florilèges diphysites du Ve et du VIe siècle (voir ses Opera minora I, Turnhout-Leuven, 1976, textes 2 et 3).

NB : les photos ont été prises par A. Canellis

 

Figures d’autorité chez Philon d’Alexandrie »

Entre obéissance au Dieu unique et rapport au pouvoir temporel, quelles sont les différentes formes d’autorité repérables dans l’œuvre de Philon et comment s’incarnent-elles dans des figures bibliques et extra-bibliques, individuelles et collectives? Quelle spécificité pour ces « figures d’autorité » chez Philon et plus largement dans le judaïsme hellénistique et au moyen de quels champs lexicaux et thématiques s’exprime-t-elle ? Des réflexions modernes et contemporaines sur la notion d’autorité pourront venir à l’appui d’une relecture de plusieurs textes philoniens à travers ce questionnement.

 

 

http://www.narthex.fr/news/actualites-2015/vignette-7-moise.jpg/image_large

Atelier de Jean Bourdichon, Moïse recevant les tables de la loi et Adoration du veau d’or, Touraine, vers 1500, Manuscrit en latin et français. Encre et tempera sur parchemin, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève © Bibliothèque Sainte-Geneviève, cliché IRHT

 

 

  • Agnès Bastit

    (Jeudi 13 juin 2019 – 14 h 30-16 h 30)

Τόπος (locus) comme expression de l’autorité dans l’Église.

Quelques réflexions en marge d’un livre récent sur les ministères ecclésiaux aux trois premiers siècles.

À partir du recueil de textes publié par E. Cattaneo (Les ministères dans l’Église ancienne, Paris, 2017) et dans le prolongement des analyses proposées par cet ouvrage, on s’intéressera à la terminologie spatiale de la structure ministérielle au trois premiers siècles. Sur le fond de ce que les textes nous indiquent au sujet de la disposition dans l’espace lors des célébrations liturgiques, on prendra en compte le vocabulaire de l’espace, soit statique (topos-locus, thronos-cathedra, synedria-consessus, protokathedria), soit dynamique (prokopè-gradus). Le sens spatial se double d’un sens symbolique, en lien avec la charge et l’autorité reçues, et avec leur dimension honorifique. On s’intéressera particulièrement au cas d’Irénée de Lyon, à partir de l’expression utilisée par les auteurs du mot de recommandation au pape Éleuthère, où Irénée est dit jouir de la situation (topos) de presbytre (Eusèbe, HE V, 4, 2).