Comptes rendus

• Alexis Desrues (M1 Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 3)

Compte rendu de la séance du 21 mars 2019 publié avec l’accord de l’auteur

“Usage ou mésusage des Pères dans un florilège christologique conservé en géorgien ?” (Bernard Outtier)

Pour commencer la séance, B. Outtier nous a rappelé le contexte géographique et historique de la Géorgie. En effet, la Géorgie est un des bouts du monde chrétien. Elle se situe au sud de la chaîne du Caucase, entre la Mer Noire et la Mer Caspienne. Il s’agit de l’ancienne région de la Colchide, là où Jason est venu chercher la mythique Toison d’or. En effet, la région est traversée par des torrents aurifères qui deviennent extrêmement violents à la fonte des neiges. La laine des moutons retenait alors les pépites d’or, ce qui a conduit à cette légende de la Toison d’or. La partie à l’Est reste occupée pendant très longtemps par les Turcs (actuel Azerbaïdjan). En effet, à cet endroit, une chaîne de montagnes divise le pays du nord au sud, et les fouilles archéologiques ont révélé qu’à l’ouest de ces montagnes, on trouvait des monnaies grecques, tandis qu’à l’est, on trouvait des monnaies iraniennes, étant donné que l’Iran est resté le grand voisin de la Géorgie jusqu’à la conquête russe au XIXème siècle.

A leur arrivée au VIIème siècle, les Arabes ont appelé le Caucase la montagne des langues. En effet, on y trouve une cinquantaine de langues autochtones, réparties en trois groupes mais sans parenté génétique. On ne sait d’ailleurs pas d’où viennent ces gens, peut-être repoussés au pied de la montagne par les invasions indo-européennes il y a 5000 ans. Parmi ces langues, seulement deux ont été écrites suite à la conversion au christianisme : le géorgien et l’arménien

La Géorgie a été convertie au christianisme au IVe siècle par une femme (ce qui est un cas unique), Sainte Nino, qui a guéri le fils du roi Miriam, un manichéen. Par la suite les dynasties du sud du Caucase (arméniens, géorgiens et albaniens) se convertissent et se dotent ainsi d’alphabets qui sont avant tout des alphabets missionnaires faits pour traduire la Bible. Pour attester de cette écriture, on a retrouvé la première mosaïque datable des années 430 dans le monastère géorgien de Bethléem.

En effet, le géorgien s’est assez bien répandu, étant donné que les moines géorgiens vont en Palestine, au Sinaï et en Grèce. On assiste d’ailleurs à la fondation d’un monastère géorgien au mont Athos en 980. De plus, fait linguistique intéressant, les géorgiens sont appelés « τῶν Ἰβήρων / τὸν Ἵβηρον». D’ailleurs, Strabon, dans son livre XI, quand il décrit le Caucase, parle d’une Ibérie à l’Ouest et d’une à l’Est. Cela conduit à penser à une possible parenté entre le basque et le géorgien. En effet, au XIXème siècle, les linguistes allemands ont remarqué que les deux langues échappaient à la classification des langues indo-européennes. La structure de la langue est identique, mais pas la phonétique. L’hypothèse reste encore en suspend, peut-être de futures recherches pourront prouver une réelle parenté entre ces deux cultures.

On dénombre environ 15 000 manuscrits conservés en Géorgie. En 1968, ils sont placés dans un institut à part entière : l’Institut des manuscrits qui devient le Centre national des manuscrits après l’époque soviétique. A cette période, le prétexte scientifique était en effet le seul qui permettait de lire les textes religieux.

Au XIXème siècle, les moines du monastère Sainte Catherine se sont rendu compte que les Occidentaux étaient friands des manuscrits en langue orientale. Certains manuscrits ont été achetés par un professeur de Vienne, lorsque le géorgien a commencé à être étudié en Occident à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle. Par la suite, il lègue les manuscrits qu’il a achetés au Sinaï à son université mais nous en avons un feuillet à Paris. En effet, quand on relie un manuscrit, on le recouvre de cuir que l’on replie. La feuille de garde protège les enluminures et le titre. Ici, il s’agit d’une feuille arrachée à un manuscrit géorgien puis pliée en deux pour servir de feuille de garde à un autre manuscrit. Nous avons donc conservé deux feuillets de grand format, en majuscules en datant du Xe siècle. Il s’agit toutefois d’un fragment très court. Parfois, dans ce genre de texte, on a la chance de trouver un état de la langue ancien avec un infixe verbal (« r »), qui va s’ammuir au VIIIè siècle et disparaître au IXè. Toutefois, les copistes recopient parfois ce signe des manuscrits anciens. Il s’agit d’un recueil dogmatique, un florilège christologique, malheureusement très fragmentaire. Les fragments sont numérotés de 37 à 46 et les auteurs sont tous antérieurs au concile de Chalcédoine, sauf Timothée. C’est un florilège en faveur des deux natures du Christ. Il est également traduit du grec même si certains auteurs sont latins. Cependant, certains textes sont déjà présents dans les florilèges envoyés par Rome à Constantinople pour les conciles d’Éphèse et de Chalcédoine, ainsi que dans l’Eranistès de Théodoret.

  • Fragment 37 : Hilaire de Poitiers, Sur la Trinité 24-25. Le Pape Léon a envoyé un florilège, disparu depuis, qui ressemble à ce texte. En fait, les traductions géorgiennes sont assez littérales. Il y a donc un constant décalage entre les textes grecs et les textes de ce florilège. A quel niveau se passe le changement entre les différents textes ? C’est au niveau du grec qu’il convient de chercher. En effet, dans son étude, Marcel Richard fait remarquer qu’à partir du VIeme siècle, les textes commencent à être remaniés avec Léon de Jérusalem, le décalage entre texte original en grec et traductions en géorgien s’en fait donc d’autant plus ressentir.
  • Fragment 38 : Dit de Célestin, archevêque de Rome, Sur la résurrection du Christ. « La nature de Dieu se manifeste en la puissance de la résurrection, la mort vient de la nature humaine ». La formule « Et nous confessons ses deux natures » se retrouve à peu près à la fin de tous les textes et vient d’un ajout du rédacteur.
  • Fragment 39 : Aetios, en réalité Atticus évêque de Constantinople (406 – 425) Lettre à Eupsychios utilisée par Théodoret dans le deuxième florilège de l’Eranistès.

A ne pas confondre avec Aetios, prêtre de Constantinople (VIIe siècle). En effet, il arrivait que les Géorgiens changent les noms des auteurs.

  • Fragment 40 : Athanase, archevêque d’Alexandrie. Il s’agit de sa Lettre à Epictète, qui sert régulièrement dans les controverses théologiques.
  • Fragment 41 : Ambroise de Milan. Exposition de la foi, aussi citée par Théodoret. Le rédacteur ajoute des citations bibliques. Il existe aussi certaines discussions autour des différentes traductions de ce texte en grec.
  • Fragment 42 : Augustin Lettre 187, 10. Ce texte est aussi présent dans : Léon, Florilège latin 21 et Théodoret, Eranistès II (mais Théodoret cite un autre passage de cette lettre)
  • Fragment 43 : Ambroise sur l’Incarnation et au sujet de l’hérésie des Appolinaristes. Il s’agit ici d’un texte traduit de l’arabe.
  • Fragment 44 : Jean Chrysostome, Homélie sur l’Ascension. On retrouve également ce texte chez Théodoret.
  • Fragment 45 : Saint Cyrille. Scholies sur l’incarnation du fils unique de Dieu. Il est étonnant de trouver Cyrille dans ce florilège, étant donné que sa pensée penche plutôt vers la nature unique du Christ.
  • Fragment 46 : Timothée, archevêque d’Alexandrie. Il s’agit de sa lettre à l’empereur Léon qui a disparu mais dont on a gardé une traduction en syriaque. Il est surprenant de trouver ce texte dans ce florilège car Timothée est un adversaire au concile de Chalcédoine, où l’on a défini les principes du dyophysisme, à savoir le fait que le Christ est parfait dans ses deux natures, à la fois divine et humaine.

En conclusion, ce petit fragment se trouve être très précieux car il nous donne des textes perdus en latin et en grec. On peut affirmer qu’il s’agit d’un florilège caractéristique du VIè siècle. En effet, on note une évolution à ce siècle ; Justinien énumère les auteurs hérétiques dans son deuxième traité théologique : Sévère d’Antioche, Timothée d’Alexandrie … L’auteur de cette compilation reste toutefois inconnu. Cependant, le fait de faire passer un hérétique pour une autorité interroge sur la stratégie adoptée. Chez les Grecs, la stratégie est différente pour lire les auteurs prohibés, on changeait les noms et seules les traductions en syriaque et arménien permettent de faire le lien entre les textes. Les Arméniens aussi ont parfois traduit sous d’autres noms. Ainsi, le Commentaire des Psaumes de Théodoret est traduit sous le nom d’Epiphane et son Commentaire d’Ezechiel sous celui de Cyrille d’Alexandrie, comble de l’ironie, étant donné que les deux hommes étaient ennemis.

Plus que l’autorité des pères, ces Églises ont opté pour le profit spirituel, quitte à maquiller les textes pour qu’ils puissent être lus.