Comptes rendus

• Carla Lobstein (M1 Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 3)

Compte rendu de la séance du 21 mars 2018 publié avec l’accord de l’auteure

“Usage ou mésusage des Pères dans un florilège christologique conservé en géorgien ? » (Bernard Outtier)

1. Données introductives sur la Géorgie et sa langue

La Géorgie est un pays qui fait partie de la région du Caucase. Quand les Arabes sont arrivés au VIIe siècle par l’Est, ils ont été très surpris par le Caucase qu’ils ont surnommé « La montagne des langues » car sur cet espace d’un peu plus de mille kilomètres existe une cinquantaine de langues autochtones, réparties en trois groupes différents et qui n’ont aucune parenté génétique entre eux. On ne sait pas d’où viennent ces populations mais on peut penser qu’elles ont été repoussées vers les montagnes par les invasions indo-européennes. La Géorgie est un cas exceptionnel : c’est le seul pays qui a été converti au christianisme par une femme, Sainte Nino. Le roi Mirian, manichéen, devient chrétien. Suite à cette conversion, seules deux langues ont été écrites. Les dynasties des trois royaumes du Sud du Caucase (Arménie, Géorgie et Albanie) sont converties au christianisme et se dotent d’un alphabet missionnaire fait pour traduire la Bible. Il est composé de 27 consonnes. On a notamment retrouvé la reproduction d’une mosaïque qui date des années 430. Il s’agit d’un des premiers exemples datables de l’écriture géorgienne. Cette mosaïque se trouvait dans le monastère géorgien de Bethleem.

Tous les voisins des Géorgiens les appellent « Ibères ». Le géographe Strabon, décrivant le Caucase au livre XI de sa Géographie, s’étonne qu’il y ait une Ibérie à l’Est et une à l’Ouest. Quand les linguistes allemands ont prouvé au 19 siècle qu’il y avait une famille de langue indo-européenne, ils se sont aperçus qu’il y avait des langues qui ne rentraient pas dans la famille : les Ibères de l’Est (Géorgiens) et de l’Ouest (Basques). L’hypothèse est donc née que la structure de la langue est identique, mais la phonétique ne l’est pas du tout. Peut-être pourra-t-on prouver un jour la parenté entre les deux langues ibériques.

On connaît un seul manuscrit non palimpseste, du VII° siècle, qui vient du Sinaï. En effet, au 19e siècle, les moines du Monastère Sainte-Catherine se sont aperçus que les Occidentaux étaient très intéressés par les textes orientaux, donc ils ont vendu plusieurs manuscrits, dont celui-ci. Le 1e manuscrit daté que nous ayons est un homéliaire pour toute l’année. Tout le texte est écrit en majuscules. Les degrés de solennité exigent un degré de solennité de l’écriture. Les textes importants, en particulier liturgiques, sont écrits en majuscules à cette époque. Le manuscrit est daté de 864. Nous avons aussi un manuscrit de 979, écrit en majuscules, mais avec un colophon en minuscules et une petite note en écriture cursive. Ce manuscrit regroupe donc les trois écritures géorgiennes historiques : majuscule, minuscule et cursive. Il y a environ 15 000 manuscrits conservés en Géorgie. A partir de 1968, ils ont été placés dans l’Institut National des Manuscrit

2. Etude d’un fragment de florilège christologique en traduction géorgienne

Le fragment est une feuille de garde. Il s’agit d’une page qu’on place au début d’un manuscrit pour le protéger. Nous avons ici la feuille de garde d’un manuscrit de grand format (34x27cm). On ignore d’où viennent les feuilles de garde. Ce manuscrit fait partie d’un fond de manuscrits qui a été catalogué en 1957 par Hélène Métrévéli, la directrice de l’Institut National des Manuscrits. Elle signale la présence de deux feuillets de grand format en majuscules sur un parchemin qu’elle date du 10e siècle. Mais en observant de près le manuscrit, on constate que la ponctuation sépare chaque mot et parfois même des éléments du même mot. C’est un phénomène qui nous fait davantage penser que le manuscrit date de la deuxième moitié du IXe siècle.

Il s’agit d’un florilège christologique sur les deux natures du Christ. Il est fragmentaire puisque tous les textes sont numérotés et le premier que nous avons est le 37e. Les auteurs cités ne sont que des 4e et 5e siècles. Il a été traduit du grec et cite des auteurs qui sont, pour la moitié, latins, ce qui est assez surprenant. Mais ces textes sont pour la plupart déjà présents dans les florilèges qui sont envoyés à Rome et à Constantinople pour le Concile d’Éphèse et de Chalcédoine. On a parfois la chance, dans ce type de textes, de trouver un reste de la langue géorgienne ancienne. L’état de langue le plus ancien que nous connaissons est celui où il y a un infixe essentiellement verbal. On trouve cet infixe dans les textes jusqu’au VIIe siècle. A partir du IXe siècle, certains rédacteurs, en recopiant les manuscrits, ont oublié de supprimer l’infixe. Mais ce n’est pas le cas de notre florilège. Le vocabulaire des allusions et citations bibliques est celui de la première traduction des Évangiles qui a été faite en Palestine. A la fin du VIIe siècle, il y a eu un conglomérat de florilèges qui a été édité au début du XXe siècle sous le nom de Doctrina Patrum. On trouve une partie de ces textes dans ce recueil, mais notre florilège est antérieur au Doctrina Patrum.

Organisation du florilège :

  1. Hilaire de Poitiers : nous n’avons conservé qu’un fragment très court de son texte sur la Trinité. Le pape Léon a envoyé un florilège, probablement en grec, à l’Empereur de Byzance en 458, mais il ne nous est plus conservé qu’en latin. On constate que le texte n’est pas une traduction littérale. Se pose donc la question : à quel niveau s’est passé le changement ? On peut dire d’une manière très régulière que les traductions géorgiennes anciennes sur le grec sont assez littérales. Donc on constate un constant décalage entre le texte grec qu’on retrouve dans les autres florilèges et nos citations, ce qui veut dire que c’est au niveau du grec qu’il y a eu une rédaction.
  2. Célestin d’Éphèse : On retrouve la formule « Et nous confessons ses deux natures » dans presque toutes les fins des textes. Cette formule vient de l’éditeur, elle ne se trouve pas dans les textes des Pères.
  3. Aetios / Atticus de Constantinople : Encore une fois, la formule « Au sujet du Christ notre Sauveur, nous avons connu deux natures et nous les confessons » a été rajoutée par le rédacteur. On note que les noms propres qui n’appartiennent pas à la culture géorgienne ont tendance à être déformés.
  4. Athanase d’Alexandrie : Il s’agit d’une lettre rédigée par Athanase et destinée à Épictète. Les graphies sont très archaïques. La lettre a énormément servi dans les controverses théologiques. Ajout par le rédacteur « et nous professons tous les deux natures de la divinité et de l’Humanité ».
  5. Ambroise de Milan : Il s’agit de l’Exposition de la Foi par Ambroise. Le rédacteur a une démarche intéressante car il ajoute des citations bibliques. Il y a eu de nombreuses discussions et polémiques à Constantinople sur la mauvaise traduction du texte d’Ambroise. On trouve notamment quatre traductions grecques différentes de ce texte.
  6. Augustin d’Hippone : il s’agit d’une lettre d’Augustin destinée à Volusien et qui se trouve déjà dans le Florilège de Léon.
  7. Ambroise de Milan : Texte sur l’Incarnation au sujet de l’hérésie des Apollinaristes. Une citation biblique a été ajoutée par le rédacteur.
  8. Jean Chrysostome : Homélie sur l’ascension.
  9. Cyrille d’Alexandrie : Propos étonnants attribués à Cyrille : « Le Christ est appelé homme à cause de la nature humaine mais il était Dieu (…) et ceux qui croient en lui confessent ses deux natures »
  10. Timothée d’Alexandrie : Il s’agit d’une lettre que Timothée, archevêque d’Alexandrie, a adressée à l’Empereur Léon pour justifier sa doctrine. La lettre a été perdue en grec mais nous possédons le texte complet en traduction syriaque. Ce fragment est donc précieux car il nous donne un texte qui est perdu en grec et une citation de Célestin qui est apparemment unique.
  • La pseudépigraphie comme subterfuge pour lire des auteurs interdits

Ce florilège est caractéristique de la seconde moitié du VIe siècle. On note une évolution au VIe siècle : l’Empereur Justinien, dans son deuxième traité théologique, énumère des auteurs hérétiques, comme Dioscore, Sévère d’Antioche et Timothée d’Alexandrie. L’auteur de cette compilation est inconnu. Il s’appuie sur l’autorité des Pères pour démontrer sa thèse. Il est clair que le fait de faire passer des hérétiques comme autorités interroge sur les stratégies utilisées. Attribuer ces formules à Cyrille et Timothée est une marque de l’autorité des Pères. En même temps, elle nous montre qu’un théologien de l’époque n’hésitait pas à modifier la lettre, voire l’esprit, des autorités citées.

C’est une stratégie tout à fait différente qui a été mise en place par les Grecs pour continuer à lire des auteurs prohibés, comme Evagre par exemple. Il s’agit de mettre l’œuvre d’un auteur sous un autre nom : la pseudépigraphie. Les œuvres d’Evagre sont transmises en grande partie en grec sous le nom de « Nil », parce qu’Evagre était origéniste. Nous possédons des traductions en syriaque et en arménien sous le vrai nom d’Evagre qui nous ont permis de distinguer Nil et Evagre. L’Église arménienne a une particularité très différente de l’Église géorgienne : la base de la littérature géorgienne est la poésie liturgique et les récits de martyrs. Tandis que les Arméniens, tout au long de leur histoire, ont été fascinés par les commentaires des livres bibliques. Théodoret, grand ennemi de Cyrille d’Alexandrie, a commenté une grande partie de la Bible. Les Arméniens ont traduit le commentaire des Psaumes de Théodoret mais l’ont mis sous le nom d’Épiphane, qui est un grand pourchasseur d’hérétiques. En outre, le Livre d’Ézéchiel est transmis en arménien sous le nom de Cyrille, c’est-à-dire sous le nom du grand ennemi du vrai auteur, Théodoret. On voit donc que les Églises ont privilégié, plus encore que l’autorité des Pères, le profit de l’âme. On voulait lire ses textes pour que ce soit bon pour l’âme.

  • Remarques supplémentaires :

Le géorgien est une langue à déclinaison et il y a trois structures de phrases suivant les groupes de temps. Langue sans accent et très énergique.

Projet de publication du premier commentaire jamais fait du Cantique des Cantiques par Hippolyte autour de 205. Ce commentaire en grec d’Hippolyte, premier commentateur chrétien, a disparu à l’exception de treize lignes. Ce texte a été traduit par les Arméniens mais perdu aussi, à l’exception d’un bref passage. Mais un Arménien, qui est passé au chalcédonisme au Xe siècle, a traduit le texte en géorgien. Sa traduction est mauvaise, c’est pourquoi beaucoup de formes sont très difficiles à comprendre.