Comptes rendus

• Gaspard Rivron (M1, Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 3)

Compte rendu de la séance du 22 novembre 2018 publié avec l’accord de l’auteur

“L’autorité doctrinale des saints face aux hérésies dans les Vies des IVe et Ve siècles” (Florence Bret)

INTRODUCTION

Les hérésies fleurissent au cours des premiers siècles chrétiens : l’arianisme nie la consubstantialité du Père et du Fils ; le donatisme révoque en doute la validité des sacrements administrés par un évêque indigne ; le pélagianisme nie l’efficacité de la grâce.

Les vies de saints latines montrent les luttes contre les hérésies, mais sans rapporter aucun discours théologique explicite : il s’agit de s’opposer, sans argument, à une erreur théologique.

Question : Comment le Saint se dresse-t-il en autorité et en dépositaire de l’autorité divine sans pour autant avoir besoin d’arguments ?

Plan :

  • I/ Comment l’autorité du saint est renforcée par contraste avec l’avilissement de ses adversaires
  • II/ Comment le miracle vient redoubler la scène d’opposition et renforcer l’autorité du saint
  • III/ Les intérêts d’un tel choix de représentation

Ouvrages utilisés :

  • Vie de Martin (Sulpice-Sévère) ;
  • Vie d’Ambroise (Paulin de Milan) ; Vie de Marcella (Saint Jérôme) ;
  • Vie d’Augustin (Possidius) ;
  • Vie de Germain d’Auxerre (Constance de Lyon).

I/ Mise en relief du contraste entre le saint et son adversaire

Cf. exemples 1 et 2 (de l’exemplier distribué en début de séance) : la contextualisation suscite d’emblée une tension. Une attention particulière est portée aux témoins de l’événement. Sont précisés l’ordre de prise de parole, le ton de la lutte, le camp victorieux. En revanche, le contenu doctrinal est absent et le sujet de l’opposition simplifié. Le contraste est marqué par hinc et inde : la forme persuasive comble l’absence de fond. Cela diffère donc, par exemple, de la Vie d’Antoine (Athanase d’Alexandrie) où, au chapitre 69, le saint réfute les Ariens par des arguments, en un discours détaillé par Athanase.)

Dans les Vies étudiées ici, vérité, foi et raison sont radicalement opposées à erreur, mensonge, folie. Cela permet un portrait des protagonistes : le saint ressort nettement comme un champion de Dieu face au simple champion humain qu’est l’hérétique. Les deux camps sont incarnés en leurs représentants respectifs. Ainsi de la Vie de Marcella, qui fait de la sainte l’incarnation de la foi contre les hérétiques, dont le portrait ne s’embarrasse pas de nuances : mauvaise foi et lâcheté les caractérisent uniformément. En outre, ils sont rapprochés des païens et des esprits immondes. Des païens d’abord : cf. exemple 3, où ils persécutent Saint Martin, lequel devient un martyr d’autant plus courageux qu’il est persécuté en public (solus paene est opposé au pluriel sacerdotum). Cette violence publique est réitérée dans les exemples 4 (coercition étatique exercée contre Saint Ambroise), 5 (la pression vient cette fois de l’armée) et indirectement dans le 6 (Ambroise est martyr via celui qui le défend et qui pour cette raison est assassiné). Des esprits immondes ensuite : l’exemple 7 montre les hérétiques plus misérables encore que les démons.

La lutte entre le saint et les hérétiques apparaît très vite inégale : l’autorité de ceux-ci est purement terrestre, quand celui-là tire la sienne de Dieu à travers l’héritage des apôtres : apostolici sacerdotes (expression utilisée dans les chapitres 12 et 14 de la Vie de Germain). Cette lutte est par ailleurs simplifiée en une confrontation des bons et des mauvais permettant d’isoler la figure du saint pour que sa simple présence suffise à asseoir la vraie foi.

II/ Récit d’un miracle qui accompagne la scène de lutte contre les hérésies

Dans les deux Vies de Martin, le saint réfugié sur l’île Gallinara absorbe le poison d’une ellébore mais survit miraculeusement par sa foi, cf. exemple 8 : uenenum et uirus désignent le venin de la plante, or ces deux termes servirent auparavant à qualifier les hérétiques. C’est un double empoisonnement qui est donc mis en scène : celui du corps du saint, et celui du corps du Christ (l’Eglise) ; et de même que le poison est expulsé du premier par la foi, de même aussi le second doit être purifié de l’hérésie.

Exemple 9 : parmi ces chapitres de la Vie d’Ambroise, deux introduisent un miracle : le 14 et le 17. Chapitre 14 (miracle détaillé dans l’exemple 10) : le nom et les gestes de l’aveugle sont précisés. Il recouvre la vue, et par analogie les hérétiques doivent être amenés à retrouver la vraie foi. Chapitre 17 : Dieu confère au saint son autorité par le truchement d’un céleste messager.

Le miracle est quasiment absent de la Vie d’Augustin, mais finit tout de même par se manifester pour satisfaire à l’horizon d’attente des lecteurs, s’inscrivant dans la tradition des Vies de saints. Ainsi la Providence apparaît-elle au chapitre 12 (cf. exemple 11) : ce miracle renforce l’autorité d’Augustin en faisant de lui un être protégé tout spécialement par Dieu. Le récit s’apparente de plus à une allégorie permettant d’illustrer les notions de voie droite et de mauvais chemin, celui-ci étant plus facile d’accès que celle-là, plus longue mais salvatrice.

Dans la Vie de Germain (cf. exemple 12), le saint lutte par deux fois contre le pélagianisme, aux chapitres 12 et 14. Deux miracles l’appuient, au chapitre 13 et au chapitre 15 (détaillé dans l’exemple 13). Chapitre 13 : parallèle avec les Evangiles, le saint dort dans une barque, la mer se déchaîne, alors le saint éveillé l’apaise. Or le mot latin ici employé pour nommer la mer est pelagus. Chapitre 15 : guérison d’une aveugle, ce qui redouble la lutte contre les hérétiques de manière imagée, à tel point que la victoire du saint dans le récit miraculeux lui donne la victoire dans la lutte contre l’hérésie. C’est bien le miracle qui convertit les Bretons, et non le discours du saint. Exemple 14 : récit métaphorique du retour à la vraie foi d’une partie sclérosée des Bretons (ceux passés dans le camp du pélagianisme).

Ainsi donc, le fait que Dieu accomplisse ses miracles à travers les saints leur donne une autorité qui les dispense d’arguments théologiques.

III/ Intérêt de tels choix d’écriture

Pareille façon de procéder permet de combattre les hérésies pouvant tenter le lecteur : ce qui compte n’est pas tant que le saint ait converti ses contemporains, mais que le récit de ses actes convertisse ceux qui le lisent ou l’écoutent. Ainsi par exemple, Germain calme la tempête in nomine Trinitatis : on assiste à une extension du domaine de la lutte, laquelle ne se restreint pas aux pélagiens, mais englobe aussi les ariens.

La binarité mise en œuvre, par la simplification qu’elle opère, introduit un didactisme qui permet de toucher un public assez large (y compris les illettrés, qui avaient accès aux textes lors des lectures publiques). Il s’agit simplement de présenter un parangon de la foi chrétienne, dont l’imitation du Christ incite chacun à faire de même, sans qu’il soit besoin d’arguments complexes qui rebuteraient les simples.

CONCLUSION

Les Vies étudiées élargissent le propos chrétien pour toucher un public aussi large que possible. Mais où trouver alors un contenu doctrinal pour approfondir les questions théologiques soulevées dans ces hagiographies ? La plupart du temps, l’hagiographe renvoie ses lecteurs aux œuvres du saint lui-même : dans l’exemple 15, Paulin évoque une œuvre de Saint Ambroise. Dans l’exemple 16, Possidius va plus loin, qui évoque plusieurs œuvres de Saint Augustin et indique même comment s’y prendre pour se les procurer, incitant enfin à la transmission de ces ouvrages.

Points notables du débat suivant la conférence

Objection 1 : Cette façon de procéder n’est guère surprenante. C’est très astucieux car évite d’entrer dans les controverses interminables et embarrassantes. Les miracles appuient une autorité facilement acquise. Il eût été étonnant qu’ils procédassent autrement.

Réponse : Certes, cette façon de faire n’aurait pas été surprenante si les saints n’employaient aucun argument par ailleurs ; mais le fait est qu’on leur prête de longs discours édifiants. Pourquoi faire une exception ici ? De plus, il n’est pas indiqué non plus en quoi consiste l’hérésie à laquelle s’oppose le saint.

Objection 2 : Précisément, l’indiquer aurait alimenté les hérésies. Il est tout à fait logique que rien ne soit précisé. Le dialogue entre les deux camps n’est pas mis en scène, car cela nécessiterait d’inclure la réponse des hérétiques, ce qui est hors de question. On cherche à éviter la joute en censurant les adversaires de la foi. C’est une littérature pastorale qui ne s’adresse pas à des gens ayant pour habitude de méditer profondément.

Remarques diverses sur l’objection 2 :

Les évêques eux-mêmes, contrairement à ce qu’on croit aujourd’hui, n’entendaient pas grand-chose aux querelles théologiques. Cacher le débat permet d’éviter que les gens soient perdus ;

La mise en scène imagée permet de susciter la passion des simples ;

Le but est de montrer la puissance du saint à la population à qui on lit sa vie. Peu importe au fond de savoir en quoi il est puissant ;

Point n’est besoin de parler pour persuader : l’autorité des saints leur vient de ce qu’ils sont capables de mettre leur vie en jeu.

Autres remarques :

Les Vies des saints se répondent. Si on les englobe toutes, les controverses se manifestent sur le plan géographique. Les luttes contre les hérésies ont lieu sur tout l’espace de la chrétienté.

Il y a dans les Vies étudiées des exemples de saints persécuteurs (au sens juridique du terme) : Saint Germain fait exiler les Bretons pélagiens, de même que Saint Augustin promeut des lois contre les donatistes en 411 et 418.

A cette période, les saints sont presque tous évêques. Exceptions parmi ceux étudiés ici : Marcella (qui est une femme) et Martin (encore moine à l’époque de ses miracles).

Il serait intéressant d’établir une typologie des moyens de convaincre (métaphores, arguments, miracles…).

Les Vies sont liées à deux genres : le panégyrique et l’accessus ad auctores qui introduit à la fréquentation du saint (non seulement par ses œuvres littéraires, mais par la vénération et la prière).

Il y a hagiographie quand on passe de l’autorité du Christ à la construction de l’autorité du saint.

Le saint imite le Christ (actualisation de la deuxième personne de la Trinité) en ce qu’il réitère ses miracles, mais non pas ses enseignements. Ces miracles du saint sont-ils une forme d’avènement du Royaume sur terre ?