Comptes rendus

• Arthur Canin (M1, Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 2)

Compte rendu de la séance du 22 novembre 2018 publié avec l’accord de l’auteur

“L’autorité doctrinale des saints face aux hérésies dans les Vies des IVe et Ve siècles” (Florence Bret)

Les vies des Saints sont liées aux hérésies. En effet, au IVème siècle de notre ère, l’arianisme secoue l’Eglise. Il est donc évident que les Saints luttent contre ces hérésies. À travers les différentes Vies des Saints, nous retrouvons bel et bien cette opposition qui par conséquent met en relief non seulement les Saints, qui sont très souvent des évêques, comme figure d’autorité mais encore l’éternelle lutte du bien contre le mal.

En étudiant certaines Vies de saints précises, on peut se demander par quelles caractéristiques ces Saints s’imposent comme de véritables figures d’autorité au sein de la lutte.

Tout d’abord, un contraste particulièrement marqué est à noter. La Vie d’Augustin de Possidius est à mettre en parallèle avec la Vie de Germain de Constance de Lyon. Ces deux exemples sont centrés sur une scène de confrontation. Une certaine tension sur la mise en contexte est observable avec une attention portée aux témoins. Le sujet de l’opposition est simplifié tandis que le contenu doctrinal est absent. Cela marque une nette différence avec ce que l’on peut lire dans la Vie d’Antoine d’Athanase d’Alexandrie. Ce dernier y détaille le discours d’Antoine et nous fait entendre sa vision doctrinale. De plus, le propos est spécifié contre les hérésies. Dans les Vies latines, ce sont des figures allégoriques : la Vérité/le Faux, la Foi/l’Erreur… Le Saint est vu comme le champion de Dieu combattant le champion humain naturellement mauvais. Ces deux camps sont incarnés. La lutte contre l’hérésie passe par la description vide des hérétiques. En effet, la confrontation n’est pas toujours écrite. Les hérétiques sont plus à rapprocher des païens par leur comportement de persécuteur. D’autre part, les mauvais traitements infligés aux saints sont présents mais ces derniers restent attachés à leur foi. C’est en cela qu’ils sont des figures d’autorité. Même dans la lutte, même dans la défaite, ils gardent leur foi.

Aussi, les supplices infligés aux Saints sont-ils décrits et développés, notamment dans la Vie de Saint-Martin de Sulpice Sévère. Martin après son exil est à nouveau victime de mauvais traitements. Les ariens se trouvent être de vrais persécuteurs et nous le remarquons aussi très bien dans la Vie d’Ambroise de Paulin de Milan. La violence physique est rapportée. Lorsqu’un hérétique subit la violence, il se met à déclamer la Vérité. Un climat d’agressivité sous-tend ces exemples. Ambroise est vu comme un martyr potentiel de la vraie foi. Par ailleurs, on trouve une comparaison avec les païens mais aussi avec les esprits mauvais. Ce sont eux qui veulent empêcher l’arrivée de Germain et de Lou en Bretagne. Les hérétiques ne veulent pas même reconnaître la vérité. La lutte oppose les partisans de la vraie foi à ceux de l’hérésie. Ainsi, le Saint tire son autorité de Dieu.

Les hagiographes accompagnent la récit de la lutte contre les hérésies du récit d’un miracle. Dans les deux Vies de Martin, on voit bien un diptyque qui se complète. Dans la lutte contre l’arianisme, la foi sauve Martin du poison de l’hérésie. C’est un double empoisonnement : non seulement celui de Martin mais aussi celui du Christ qui représente l’Eglise. La guérison vient à lui grâce à la foi. Paulin détaille la guérison d’un aveugle avec la description de ce dernier. Les Ariens quant à eux doivent retrouver la lumière de la vraie foi. Notons que la Vie d’Augustin ne contient presqu’aucun miracle. Cela satisfait juste une attente du lecteur. Par exemple, Augustin échappe de peu à une circoncision des saisonniers nord-africains. Il y a une double origine du sauvetage d’Augustin. Il joue également sur le choix entre le bon (via correctionis) et le mauvais chemin. Toutefois, ce sont bien les miracles qui fondent l’autorité dans la Vie de Germain. Aussi le choix de l’aveugle est très compréhensible puisqu’il oppose lumière et ténèbres. De même, la conversion des Bretons leur fait retrouver le bon chemin, la vraie foi. Germain agit selon le modèle évangélique. Le miracle de la tempête est un parfait exemple ici. La tempête vient des mauvais esprits. Le corps du jeune homme revient à la vie : il y a donc guérison puis conversion. La prédication de Germain n’a plus à être efficace. On retrouve alors une totale décontextualisation de l’hérésie.

L’autorité doctrinale est légitimée. Les Vies des Saints sont accessibles et lues en public. Elles servent de modèle au lecteur, à l’auditeur. Ces derniers sont invités à satisfaire leur besoin de foi. Les hagiographes transcrivent les Vies des Saints de telle sorte qu’ils soient vus comme de véritables autorités divines.