Comptes rendus

• Numa Mussot (M1, Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 3)

Compte-rendu de la séance du Jeudi 7 décembre 2017 publié avec l’accord de l’auteur

Paulin de Nole, figure chrétienne d’autorité, en rupture profonde avec le monde traditionnel (Marc Thomalla)

M. Thomalla  a commencé à réfléchir à partir de la distinction classique entre un Ausone homme de tradition, au christianisme tempéré par la tradition et un Paulin de Nole nouvellement converti à la religiosité ardente, et il entreprend de démontrer qu’un christianisme « modéré » n’existe pas à cette époque et que la distinction est plutôt entre un Ausone qu’il juge païen et un Paulin chrétien.

Dans une première partie, M. Thomalla dresse  un panorama de la christianisation de la Gaule au IVe siècle. D’une part, la christianisation est très incomplète (environ 50% des cités de Gaule avaient un évêque). A côté du christianisme, on trouve une grande diversité de cultes et religions, notamment orientaux : Mithra, Isis, Cybèle (M. Thomalla rappelle que la Basilique de Fourvière a été construite sur un ancien temple de cette déesse). Rutilius Namatianus se fait le témoin de telles pratiques religieuses dans Son Retour. D’autre part, le christianisme lui-même est loin d’être uniforme : il est traversé de perfidies et querelles théologiques. Ainsi trouve-t-on en Gaulle, à côté d’un très fort arianisme, le gnosticisme et le manichéisme. Or ce fait, s’il a historiquement conduit à de très nombreux conciles en Gaulle au IVe siècle, révèle toutefois une ébullition religieuse. Toutefois, M. Thomalla insiste beaucoup sur un point : ce puzzle religieux n’a pas provoqué des affrontements, mais s’est traduit plutôt par une « relative » tolérance (« relative » parce que les élites chrétiennes ont quand même interdit les sacrifices sanglants). On assiste alors à une sorte de syncrétisme religieux où les chrétiens voient leur religion comme une religion parmi d’autres. De fait, toute l’Antiquité tardive est traversée d’une « religiosité nouvelle » (H-I Marrou) : c’est une période de trouble et de crise dans laquelle la mort et la violence sont omniprésentes et on y trouve une échappatoire dans les religions orientales et le christianisme en particulier grâce aux résurrections et aux liens directs avec les dieux sur lesquels elles se fondent. En plus, le christianisme est compatible avec le paganisme sur un point important : le mysticisme et le besoin d’absolu qu’on retrouve encore chez une Hildegarde de Bingen au XIIe siècle. Par conséquent, toutes les religions se fondent sur un mouvement d’ensemble se traduisant par une forme de syncrétisme.

Dans la seconde partie de son intervention, M. Thomalla aborde Paulin de Nole et la particularité de son sentiment religieux en s’appuyant non pas sur ses œuvres, mais sur les écrits et les témoignages sur son œuvre, pour essayer d’en avoir une vue objective. D’abord, il étudie Symmaque. Ce que Symmaque attaque chez Paulin, ce n’est pas sa religion, mais son irrespect de la tradition. Ensuite, M. Thomalla évoque Ausone, le grand ami et maître de Paulin. Après la conversion de Paulin, l’un et l’autre ont entretenu une riche correspondance dans laquelle Ausone reproche à son ami de ne pas respecter la fameuse religio epistolaris, l’amitié qui exige une assiduité de fréquentation et, partant, de ne pas avoir tout le respect qui est dû à son maître. Enfin, Ausone regrette les bons moments passés avec son ami. Mais jamais Ausone n’attaque Paulin sur la radicalité de ses pratiques et de ses croyances chrétiennes (sa seule critique sur le christianisme porte sur le monachisme).

M. Thomalla termine sa conférence par une double conclusion : d’une part, ce qui oppose fondamentalement Paulin et Ausone, c’est que l’un voit que le christianisme est devenu inarrêtable, tandis que l’autre, qu’il juge païen, n’a pas su s’adapter à ce changement ; d’autre part, le christianisme l’a emporté grâce à deux facteurs majeurs :

  • la rupture fondamentale qu’il représente vis-à-vis du monde ancien, et c’est pour cette raison qu’il juge Paulin « en rupture fondamentale avec le monde traditionnel »

  • la Résurrection incarnée : les anciennes religions concevaient certaines formes de résurrection, mais, dans le Christianisme, ce qui revient à la vie, c’est un vrai corps physique, et non pas une simple âme.

La conférence fut suivie d’échanges fructueux. Il faut d’abord question des « credos » de Nicée-Constantinople et d’Athanase dans les débats théologiques et littéraires de l’Antiquité Tardive. On évoqua ensuite le syncrétisme religieux et le rôle joué par Constantin, dont la biographie laisse percevoir des « inconstances religieuses ». On a aussi posé la question de savoir pourquoi les Ve et Ve siècles ont connu des formes de réactions païennes aussi véhémentes que celles de Rutilius Namatianus : le modèle de société impériale qu’il défendait était fondamentalement incompatible, et même opposé au christianisme. Enfin, Ausone apparut beaucoup trop imbibé du besoin d’être vu et admiré pour pouvoir se plonger réellement dans le christianisme.