Comptes rendus

• Gayané Charpin (M2, Mondes Anciens, Lettres Classiques, Lyon 3)

Compte-rendu de la séance du Jeudi 7 décembre 2017 publié avec l’accord de l’auteure

Paulin de Nole, figure chrétienne d’autorité, en rupture profonde avec le monde traditionnel (Marc Thomalla)

Dans le cadre du séminaire de patristique organisé à l’Institut des Sources Chrétiennes de Lyon, Marc Thomalla, doctorant à l’université Lyon 3 – Jean Moulin, a présenté une figure chrétienne d’autorité du 4ème siècle : Paulin de Nole (353-431). Marc Thomalla s’est interrogé, à travers la figure de ce chrétien dont le radicalisme a été critiqué par ses contemporains païens, notamment par son ami et ancien précepteur, Ausone, sur ce que signifiait le fait d’être chrétien au 4ème siècle et sur la nature de la rupture que le statut de chrétien impliquait avec le monde romain traditionnel.

M. Thomalla s’est donc penché, en premier lieu, sur le paysage religieux de la Gaule au 4ème siècle. Il a d’abord fait remarquer qu’il y avait en Gaule une grande diversité de croyances aux côtés de la religion chrétienne. Il s’agissait notamment de religions orientales introduites en Gaule par des marchands ou des soldats, et dont les principaux cultes étaient ceux de Mithra (originaire de Perse), Cybèle, la Magna Mater (originaire de Phrygie) et Isis/Osiris (originaire d’Egypte). La Gaule était donc loin d’être entièrement christianisée ; la christianisation était partielle et concernait principalement les zones urbaines. Le deuxième point concernant le paysage religieux du 4ème siècle porte sur les querelles théologiques au sein de la religion chrétienne. En effet, à cette période, le canon religieux n’étant pas encore fixe, de multiples discussions et de multiples tendances, considérées ensuite comme hérétiques, se développaient et s’opposaient. L’une des controverses les plus importantes fut la crise arienne qui secoua l’Eglise durant tout le 4ème siècle : l’arianisme est une réflexion théologique selon laquelle le Verbe n’est pas consubstantiel au Père. Elle fut condamnée par le concile de Nicée I en 325, mais les réflexions et querelles christologiques sur l’essence du Fils et la relation des trois membres de la Trinité se poursuivirent aussi au 5ème siècle avec le nestorianisme (condamné par le concile d’Ephèse) et le monophysisme (condamné par le concile de Chalcédoine). Ainsi, l’on voit qu’à cette période, le christianisme n’était pas fixe et présentait de nombreuses tendances. De plus, le conférencier a souligné que le 4ème siècle était une période traversée par une nouvelle religiosité. En effet, un besoin de spiritualité que ne comblait pas la religion romaine poussait les hommes à rechercher une stabilité et une nouvelle liberté religieuse ailleurs que dans le paganisme antique. Ainsi s’explique l’adhésion de nombreux Romains en quête d’un salut personnel aux cultes orientaux. Il leur suffisait de croire en l’efficacité du culte pour y adhérer, sans pour autant renier le panthéon traditionnel. Dans les Métamorphoses d’Apulée, c’est la déesse Isis qui permet au protagoniste transformé en âne de reprendre forme humaine. Isis, déesse égyptienne, s’assimilait par son caractère omnipotent à toutes les divinités féminines ; sous des noms divers, il s’agissait en réalité d’une croyance en l’unicité de la puissance divine. La conception du divin prenait ainsi un caractère universel et ne se bornait pas à une simple confrontation entre les différents cultes.

Dans ce contexte religieux polythéiste, M. Thomalla s’est donc demandé en quoi correspondait la rupture avec le monde romain traditionnel que la nouvelle religion chrétienne impliquait. Le conférencier s’est donc penché sur les critiques adressées aux chrétiens, en prenant le cas des deux principaux opposants à Paulin de Nole, qui sont Symmaque et Ausone. Symmaque, pro-consul d’Afrique en 373, puis préfet de Rome en 384, fut un grand défenseur de la religion romaine traditionnelle. La critique qu’il adresse à la religion chrétienne n’est pas de l’ordre de la croyance religieuse en tant que telle. Dans ses Relationes, Symmaque écrit : « Il est juste de croire à l’unité de toutes les piétés. Nous contemplons les mêmes astres ; le ciel nous est commun ; un même univers nous enveloppe. Qu’importe par quelle sagesse chacun accède au vrai ? Il est impossible qu’un seul chemin conduise à un mystère aussi sublime. » Sa conception du divin concorde avec la conception romaine traditionnelle, qui intègre dans son panthéon toute divinité susceptible d’être favorable à Rome ; le paganisme antique, comme il a été évoqué plus haut, était ouvert aux divers cultes, dans la mesure où ces divinités pouvaient leur être secourables. La critique qui fut donc adressée au christianisme ne concernait pas la croyance même, mais les conséquences sociales que cette croyance engendrait. En effet, croire en un seul dieu et, de ce fait, exclure de son culte toutes les autres divinités, était perçu comme une menace pour la cohésion sociale de l’empire. De ce point de vue là, être chrétien n’était pas compatible avec le bon fonctionnement de la société romaine traditionnelle, rythmée par les rites et les fêtes religieuses païennes. La critique d’Ausone rejoint par certains aspects celle de Symmaque. Ausone, homme de lettres, était un intime de Paulin, dont il avait été le précepteur et avec lequel il a échangé sa vie durant une longue correspondance. Certaines de ses lettres, restées sans réponse de la part de Paulin, l’amènent à reprocher à son ancien disciple son silence, qui témoigne d’un rejet de la tradition et d’un manque de piété à l’égard de son maître : « officium sed nulla pium mihi pagina reddit » (« mais aucune page ne me rend ce pieux devoir ») (Aus., Epist., 21, 3). Ausone cherche à convaincre Paulin de ne pas s’écarter du droit chemin de la tradition. En réponse à ces exhortations, Paulin écrit dans son Carmen 10 : « Quid abdicatas in meam curam, pater, / redire Musas praecipis ? »  (« Pourquoi m’exhortes-tu, mon père, à cultiver les muses que j’ai reniées ») (Paulin de Nole, Carmen 10, 19-20). Cette référence aux Muses marque bien le rejet de la culture traditionnelle que Paulin effectue. Quelques vers plus bas, il explique son choix de vie, dicté par sa foi : « Nunc alia mentem uis agit, maior deus, / aliosque mores postulat. » (« Maintenant un autre force, un dieu plus grand, inspire mon esprit et exige un autre genre de vie ») (Paulin de Nole, Carmen 10, 29-30).

Il s’agit donc bien de cet « autre genre de vie » qui est reproché aux chrétiens. Les critiques d’Ausone ne sont pas plus dirigées contre la foi de son ami chrétien, que celles de Symmaque. Dans les deux cas, ce sont bien les conséquences sociales du christianisme qui sont critiquées, en raison du danger qu’elles présentent pour la cohésion de la société romaine à l’époque impériale.